Noirmoutier et le Gois: L’aventure de la traversée

Noirmoutier and Gois: the adventure of the maritime crossingmarcaerophoto-gois-9962

© photo marc bourbon droits réservés – copyright marc bourbon all rights reserved.

marcaerophoto-gois-8901© photo marc bourbon droits réservés – copyright marc bourbon all rights reserved.marcaerophoto-gois-9961© photo marc bourbon droits réservés – copyright marc bourbon all rights reserved.

marcaerophoto-gois-9964© photo marc bourbon droits réservés – copyright marc bourbon all rights reserved.

marcaerophoto-gois-9965© photo marc bourbon droits réservés – copyright marc bourbon all rights reserved.

Le Gois est un passage qui relie à marée basse le continent à l’île de Noirmoutier. La chaussée, faite de pavés, mis en place entre 1935 et 1939 a été depuis recouverte de goudron, mais la traversée se fait depuis des siècles à pied ou à cheval avant l’arrivée des voitures.

La traversée se peut se faire que à marée basse sous peine de risquer de se retrouver coincé par les eaux à marée montante, ce qui est déjà arrivé à d’imprudents automobilistes qui sont rentrés à la nage !

Une course à pied contre la mer, les foulées du Gois se déroule tous les ans au mois de juin et voit les derniers finir la course les pieds dans l’eau.

Gois is a passage which connects at low tide the continent at the Noirmoutier island. The road, made by pavements, set up between 1935 and 1939 was since covered with asphalt, but the crossing is made for centuries on foot or on by horse before the arrival of cars. 

The crossing can be made that in low tide at the risk of risking to find itself stuck by waters with rising tide, what already arrived at careless motorists who returned by swimming!

A running against the sea, the strides of Gois takes place every year in June and sees the last ones finishing the running feet in the water.

 

Advertisements

30 réflexions au sujet de « Noirmoutier et le Gois: L’aventure de la traversée »

  1. Je crois que les bornes que l’on voit près de la « route » submersibles, à intervalles réguliers, servent de refuge pour les imprudents. Ils peuvent y grimper en attendant les secours.

      1. Heu mon avion n’est pas un hélicoptère hein !
        au pire je peux au passage lancer une bouée au risque de se la recevoir en pleine figure ! lol

  2. Je l’ai beaucoup pratiqué depuis le plancher des vaches (ou plutôt les sables des bigorneaux), les vues aériennes sont donc très intéressantes. Beau travail 😉

  3. Oui, magnifiques photos vues du ciel, ça change !!! Et je crois qu’il y aura toujours des imprudents qui se feront prendre au piège des marées…malheureusement 🙂

    1. Merci et pour les imprudents j’ai appris qu’il y avait des refuges, visibles sur mes photos d’ailleurs, qui permettaient d’attendre les secours au dessus du niveau de l’eau

  4. J’adore ces photos, meme sans savoir de quoi il s’agit la pure geometrie et des couleurs sont sufisemment seduisantes, et puis en voyant de plus pres des voitures, des gens – tant minuscules en comparaison – c’est formidable. Une vue de terre lilliputienne.

    1. C’est vrai que la géométrie était interessante pour la photo mais ces voitures qui traversent sur une route étroite entourée d’eau c’est une vraie aventure et je voulais le montrer aussi
      merci Paula bon week end

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s